Interview Solopreneurs : Julie Fournier-Jumain

« Petit à petit, je ne me suis plus reconnue dans mon métier et j’ai décidé d’entreprendre une reconversion professionnelle. »

 

Site Internet :  

https://vie-talite.com

 

Page facebook :

https://www.facebook.com/JulievotreallieeVitalite/

 

Contact email :

contact@vie-talite.com

1/ Pouvez-vous nous présenter votre parcours et votre entreprise ?

 

Diplôme d’ingénieur en poche, j’ai évolué pendant 12 ans dans la supply chain (chaîne d’approvisionnement) de l’industrie agroalimentaire, en France et à l’international.

Petit à petit, je ne me suis plus reconnue dans mon métier et j’ai décidé d’entreprendre une reconversion professionnelle. Je ne savais pas ce que je voulais faire, mais je disais déjà qu’être en bonne santé, pour moi, c’est prendre soin de son corps, par l’alimentation, l’activité physique et les soins externes. Je ne savais pas où j’allais vivre (je vivais à l’époque en Alsace), mais je répondais quand on m’interrogeait : « plus au sud et plus près des montagnes ». Mon intuition était juste !

Un bilan de compétences m’a permis de définir que je souhaitais devenir naturopathe. J’ai ensuite choisi de suivre la formation du CFPPA de Hyères, pour son sérieux et la reconnaissance de son diplôme par l’état (titre RNCP niveau 3).

Depuis janvier 2020, j’ai donc un cabinet de Naturopathie et Réflexologie Plantaires à Veynes, dans les Hautes-Alpes.

 

2/ Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre ?

 

J’ai toujours été très entreprenante et indépendante : à 2 ans, je faisais chanter la classe. Adolescente, bien qu’ayant de bonnes relations familiales, je rêvais de quitter le nid. A 20 ans, je quittais ma Picardie natale pour Marseille. Ensuite, je n’ai eu de cesse que de d’avoir plus de responsabilités dans mon travail. Il fallait bien que je finisse par avoir une entreprise à moi !

L’autonomie, la prise d’initiative et la créativité sont des piliers de mon fonctionnement.

 

3/ Quels ont été les plus grands obstacles que vous avez rencontrés lors de la création de votre entreprise ?

 

Me créer un réseau. Je côtoie le département depuis plus de 20 ans, mais j’y réside depuis un an seulement, donc mes connaissances y étaient limitées.

Heureusement, j’ai pu compter sur les réseaux d’entrepreneurs tels que les Solopreneurs05, les petits déj’ des entrepreneurs du Buëch, le réseau de femmes entrepreneures ElléA. J’ai aussi pu compter sur les commerçants veynois et les lieux qui m’ont accueillie en stage l’an dernier.

 

4/ Quelles ont été vos plus grandes réussites ?

 

Mon entreprise est encore toute jeune, mais déjà, avoir pu ouvrir mon cabinet dans la lancée de ma formation est une réussite.

Et puis les rendez-vous : les gens qui viennent, qui me recommandent autour d’eux et qui reviennent. Ceux qui aujourd’hui me disent attendre avec impatience la réouverture du cabinet, quel cadeau !

 

5/ Comment voyez-vous l’avenir de votre entreprise ? Quelle est votre actualité ?

 

L’avenir, c’est poursuivre les consultations et lancer des ateliers pratiques, potentiellement en partenariat avec un autre commerce de Veynes.

C’est aussi, dans un deuxième temps, proposer des ateliers aux différentes entreprises et collectivités de la région. La qualité de vie au travail est un sujet central actuellement et, via la naturopathie, la réflexologie et mon expérience dans l’industrie, je pense avoir matière à accompagner salariés et dirigeants.

Mon actualité, confinée, c’est une série sur la chaîne YouTube de Bouge tes genoux : « Prenez soin de vos genoux à la maison ». J’y interviens chaque mardi pour donner des conseils pour rester en forme à la maison.

C’est également des visioconférences sur un thème différent chaque semaine, via l’agenda des Solopreneurs05.

 

6/ Quels conseils pourriez-vous donner aux lecteurs pour la création d’une entreprise en tant que jeune entrepreneur ?

 

De se poser quelques questions : Est-ce que je sais travailler seul ? M’organiser seul ? Me motiver seul ? Ou, si l’entreprise a pour vocation à embaucher : Est-ce que je me sens l’âme d’un manager ?

De définir aussi quelles vont être mes ressources ? Financières, certes, mais aussi relationnelles et personnelles :

- Les gens qui vont être mes supports, avec qui je vais pouvoir parler de mon projet, de mes idées. Ceux avec qui célébrer les réussites et évoquer les difficultés. Ce ne sont pas forcément les mêmes, il faut savoir s’entourer ;

- Les qualités que je porte en moi qui vont servir mon projet. Les aspects de ma personnalité qui pourraient le freiner aussi, histoire de voir les choses en face.

 

7/ Si vous deviez revenir quelques années en arrière, choisiriez-vous la même orientation ?

 

Oh que oui ! Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait (le sait-on jamais ?), mais je suis curieuse de cela et certainement pas nostalgique de « ma vie d’avant ».

 

8/ Comment organisez-vous votre journée ? Avez-vous des routines de travail ?

 

Mon réveil sonne à 7h, du lundi au vendredi, pour rythmer la semaine. Les mardi et mercredi, je travaille au cabinet. Le reste de la semaine s’organise en fonction de l’actualité.

Je me fixe des objectifs annuels, que je décline au niveau mensuel, hebdomadaire et journalier. Ainsi je sais quelles sont mes priorités.

Etant entrepreneure, je gère mon emploi du temps comme je le souhaite et c’est très précieux pour moi ! Donc, je peux très bien faire une rando un jour de semaine parce qu’il fait beau et écrire un article, des comptes-rendus de consultation ou répondre à une interview le week-end.

 

9/ En terme de formation, utilisez-vous vos droits cette année ? Si oui, quelle formation avez-vous fait ou êtes-vous en train de faire ?

 

Non pas du tout. J’avais quitté le système français depuis plusieurs années, mes droits étaient à zéro. Il faut que je me penche sur la question cette année, merci du rappel.

 

10/ Un mot pour conclure ???

 

Mes deux mantras d’entrepreneure pour oser poser des actes :

- La peur n’évite pas le danger ;

- Soit je réussis, soit j’apprends.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Hélène Lévy Benseft (mercredi, 08 avril 2020 07:27)

    Bravo Julie ! Quel beau parcours!!!